Archives de catégorie : 2018-2019

Nuit des musées

Nuit des musées | Carte blanche à l’ÉSAD Orléans

Dans le cadre de la Nuit des musées, des étudiants de l’ÉSAD Orléans ont investi le Musée des Beaux-Arts le samedi 18 mai 2019.

De jeunes créateurs/artistes, futurs designers s’interrogent sur la place de la femme, le regard introspectif ou le corps mis à l’épreuve au travail. D’autres questionnent le pli dans le vêtement qui garde une trace de nous, cette maison qui nous habite ou encore ces mots qui chantent dans nos têtes.

Ces projets dialoguent, échangent, et s’inspirent de la collection du Musée des Beaux-Arts d’Orléans. Ils invitent à porter un autre regard sur les artistes qui les précèdent et à entrer en résonance avec notre actualité.

De la rue au musée, Pierre Allain, Lucie Bretonneau, Justine Boudot, Macha Dufour, Leslie Goriot, Cassandre Maret, Mathilde Morel, Daphné Paris, Lucie Sahuquet, Arielle Selvi et Magda Ziembowska scrutent nos gestes, nos mémoires et nos désirs. Ils nous montrent un peu demain.

Liste des projets

Lucie SAHUQUET inscrit au sol des cartels correspondant aux œuvres du musée. Le visiteur marche sur cette connaissance et repart avec une trace de celle-ci.

Justine BOUDOT & Magda ZIEMBOWSKA s’approprient des œuvres présentées au musée, par le dessin et l’écriture, et les replacent dans l’espace de la ville. La rue offre un nouveau contexte et une nouvelle lecture des œuvres exposées, et incite de nouveaux spectateurs à visiter le musée.

Macha DUFOUR réalise une performance mêlant vidéo et dessin. Elle replace les mouvements de sa performance plastique dans l’espace et le temps et porte un regard sur la mise à l’épreuve du corps par le travail, par sa fatigue et son épuisement dans la durée.

Mathilde MOREL réalise un dessin dans le blanc du papier pendant six heures. Des formes architecturales prennent place sous les traces noires du fusain.

Lucie BRETONNEAU questionne le regard porté au quotidien par l’artiste sur lui-même à travers une série d’autoportraits. Ces illustrations sont la représentation protocolaire d’un reflet perçu chaque jour dans une surface miroitante.

Pierre ALLAIN élève une sombre colonne constituée d’enveloppes transparentes empilées les unes sur les autres face à la toile d’Hantai. Chacune contient de la cendre de bois, un dessin et la graine d’une fleur : la Bignone Campsis-Radicans.

Leslie GORIOT questionne la résilience à travers une série de photographies mettant en scène le corps dans l’espace public et matérialisant ces sentiments invisibles, qui nous affectent tous en silence.

Cassandre MARET réalise une partition sonore et visuelle qui génère des mouvements et des déplacements emprunts du quotidien.

Daphné PARIS réalise un dispositif interactif mettant en jeu la lecture à haute voix. Lors de la lecture, une traduction visuelle s’affiche à l’écran par le biais d’une typographie qui réagit graphiquement à deux paramètres sonores : le volume et la fréquence de la voix.

Arielle SELVI réfléchit au pli comme une action qui porte la mémoire d’un geste quotidien, notamment au travers des différents tissus à usage unique présents dans nos vies.

___________________________________

Coordinatrice du projet :
Réjane Lhote, artiste plasticienne, enseignante en dessin/arts plastiques du premier cycle à l’ÉSAD Orléans.

Conception graphique :
Justine Boudot et Magda Ziembowska

 

Art Camp

ART CAMP

Cours d’été 2019

DATES
du lundi 26 août au dimanche 8 septembre 2019

LIEU
ÉSAD Orléans (14, rue Dupanloup ; 45000 Orléans)
et Hôtel Dupanloup, un bâtiment du 17e siècle (meublé par le Studio Makking & Bey)

Art Camp est un programme intensif spécialement conçu pour les étudiants internationaux intégrant une école publique d’art en France. Il a été conçu par les écoles du réseau Grand-Ouest :
École européenne supérieure d’art de Bretagne – Brest, Lorient, Quimper, Rennes
École nationale supérieure d’art de Bourges
École supérieure d’art et design Le Havre-Rouen
École supérieure d’art et de design d’Orléans
École supérieure d’art et de design Tours, Angers, Le Mans
école supérieure d’art & médias de Caen/Cherbourg

Avant la rentrée, améliorez vos connaissances en français tout en développant votre créativité !

PROGRAMME
• Cours intensifs de français (3h par jour) avec des professeurs de l’Institut de Français de l’Université d’Orléans (label Qualité FLE) à l’Hôtel Dupanloup
• Workshop (3h par jour) animés par des enseignants artistes de l’ÉSAD Orléans
• Des visites culturelles en Région Centre‑Val de Loire (Centre d’Art Les Tanneries d’Amilly, Festival International des Jardins de Chaumont/Loire) et à Paris (Centre Pompidou)
• Deux semaines d’immersion dans une famille d’accueil française

Découvrez l’emploi du temps en détails ICI.

TARIF
Forfait tout compris de 600 euros comprenant les cours de français, les workshops, les visites culturelles, le logement en famille d’accueil et les repas.

INSCRIPTION
• Remplissez le formulaire d’inscription en ligne
• Envoyez un acompte de 320 euros à l’ÉSAD Orléans par virement bancaire, en précisant :
Domiciliation bancaire : Banque de France
Titulaire du compte : Trésorerie municipale Orléans Métropole
Objet du virement : ESAD23500 / ART CAMP / nom du participant
IBAN : FR61 3000 1006 15C4 5100 0000 056
BIC : BDFEFRPPCCT
• Envoyez votre preuve de paiement à l’adresse suivante : international@esad-orleans.fr
• Les 280 euros restants seront à payer directement à votre famille d’accueil

LES INSCRIPTIONS SONT CLOSES

CONTACT
ÉSAD Orléans
14 rue Dupanloup | 45000 Orléans
+33 (0)2 38 79 22 37
international@esad-orleans.fr

Crédits photos : Hôtel Dupanloup / FRAC Centre / Centre d’art Les Tanneries

Festival inopiné

LIEU
Campo Santo
École Supérieure d’Art de Design d’Orléans
14, rue Dupanloup ; 45000 Orléans

DATES
5-19 avril 2019

PROGRAMME

Vendredi 5 avril
15h – OUVERTURE DU FESTIVAL
20h30 – PERFORMANCE CIRCASSIENNE ET CORPORELLE DE VICTORIA BELEN-MARTINEZ ET DES ETUDIANTS

Samedi 6 avril
15h-16 h – MANIFESTE
Débat à la Bulle environnement « Qu’est-ce, pour vous, pour nous, qu’une école d’art et de design, hier, aujourd’hui et demain? »
17h – PERFORMANCE DE MUSIQUE ÉLECTRONIQUE
« 01ic » / live de musique électronique lo-fi ambient.

CONTACT
École Supérieure d’Art de Design d’Orléans
14, rue Dupanloup ; 45000 Orléans
communication@esad-orleans.fr

L’interrogation sur « ce design en école d’art » se poursuit pendant un festival inopiné sur le site du Campo Santo.

UN FESTIVAL INOPINÉ ?
De la légèreté à l’énergie, l’école réfléchit à son état, à celui de la société, à son rôle d’apporteur d’idées par l’imagination, l’expérimentation et la création…

Ce festival inopiné sera le résultat d’une semaine intensive autour de deux projets :

International Week #2 – Design ensemble
L’ÉSAD sera à l’heure internationale avec sa seconde édition de la International Week. Onze intervenants-pédagogues provenant du réseau de nos écoles partenaires à l’international construiront avec les étudiants sur le thème « design ENSEMBLE »…
Plus d’infos : www.esad-orleans.fr/semaine-internationale

Manifeste sur le Campo Santo
L’ÉSAD sollicite des contributions variées de tout l’écosystème culturel de la Métropole. Sont invités aux côtés de nos étudiants, des artistes et des designers, le CDNO, le CCNO, le Musée des Beaux-Arts, le Domaine national de Chambord, l’ENSAPVS et d’autres structures culturelles.

Les projets seront montés avec différents artistes :
• des architectures légères avec le collectif YokYok pour le Domaine national de Chambord
• des moulages avec Ugo Schiavi, pour le Musée des Beaux-Arts
• une cinquième façade avec Éric Verrier et Olivier Soulerin
• une végétation avec Giulio Giorgi
• des échauffements dans la Bulle-Environnement du CCNO* et une conférence par le chorégraphe Jefta Van Dinther

La Bulle-Environnement du CCNO* se posera sur la pelouse du Campo Santo pour accueillir des créations et des spectacles, des moments de repos, des mini-débats.

Tous contribueront à des productions « miraculeuses », reflet d’une création vivante et prospective du 21e siècle… Cette variété montrera la richesse des modes de conception dans une école d’art, la part d’imagination, de techniques, d’artisanat, de bricolage, d’ingénierie…

Place à la création !

_____________
Scénographie générale
Éric Verrier
Conseillers Olivier Soulerin — Clothilde Liot
assistés par Fanny Ehl
Et les Gens géniaux (Dayoung Chung, Léa Genovese, Gersende Le Blay)
Et tous les étudiants

Conception graphique
Oriane Dalles, Candice Darriet-Tallard, Justine Boudot, Prune Thibeault

Commissariat
Jacqueline Febvre, directrice de l’ÉSAD Orléans
Et toutes les équipes de l’ÉSAD Orléans

 

*La Bulle-Environnement © 1965 – 2018 François Dallegret
Maîtrise d’oeuvre : François Perrin, architecte, en collaboration avec la direction technique du Centre Chorégraphique National d’Orléans.
Production et maîtrise d’ouvrage : Centre Chorégraphique National d’Orléans.
Modélisation et construction Luc Boissinot, Julien Fleureau, Entreprise Ze Com
Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication — D.G.C.A. — D.R.A.C du Centre-Val de Loire, la Région Centre-Val de Loire, la Ville d’Orléans et l’aimable contribution de Performa – New York

International week #2

IW.2 – April 1 > 5

INTERNATIONAL DESIGNERS, ARTISTS, TEACHERS AND LECTURERS, PARTICIPATE TO THE INTERNATIONAL WEEK.2 OF ESAD ORLEANS !

For the first edition, for a week, our students experimented the “LIVING Ensemble” topic with 12 invited workshop leaders and conference speakers coming mainly from our partner schools. The second edition was about “DESIGN Ensemble” and took place from 1 to 5 April 2019.

What’s IW?
It’s an intensive week during which our bachelor students switch to English and experiment with one of our guests. To have a closer idea of what it’s like, have a look below at last year’s program  as well as final presentations of the workshop results:

We hosted 12 workshop leaders to work with our students during an intensive week:

Mr Magnus Feil from Arizona State University, Tempe, USA
Mr Štěpán Grygar from University of West Bohemia, Pilsen, CZ
Mr Lahav Halevy from Bezalel Academy of Art and Design, Jerusalem, Israel
Mr Vahram Mkhitaryan from Academy of Fine Arts, Gdańsk, Poland
Mr Lee Paxman-Clarke from De Montfort University, Leicester, UK
Ms Eliza Proszczuk from Academy of Fine Arts, Warsaw, Poland
Mr Manuel Sesma Prieto from Universidad Complutense de Madrid, Spain
Mr Karl Stocker and Ms Sigrid Bürstmayr from FH Joanneum, Graz, Austria
Mr Daniel Utz from HfG Schwäbisch Gmünd, Germany
Ms Maja Wolna from University of Fine Arts, Poznań, Poland

Groupe “DESIGN Ensemble”
Jacqueline FEBVRE – Director / ÉSAD Orléans
Panni Demeter, Andrée Furey, Maurice Huvelin, Réjane Lhote, Uli Mesenheimer, Marion Quintin, Samuel Roux

Some pictures of last year International week :

Centenaire du Bauhaus

À l’occasion du centenaire du Bauhaus, l’ÉSAD Orléans a reçu Pierre-Damien Huyghe le mercredi 6 mars 2019,  pour une conférence suivie d’un débat nourri par différentes interventions.

Pierre-Damien HUYGHE*, «entre économie et politique : bâtir»

Malgré une aventure courte et tourmentée (1919 à 1933 date de sa fermeture par les nazis), l’école du Bauhaus a marqué l’histoire de la création au XXe siècle. On sait combien le Bauhaus a été une institution créative. On sait aussi que son histoire a été jalonnée de débats et de discussions… Le pouvoir de l’époque ne pouvait sans doute pas supporter ce principe de tension incessante. Car sous une allure artistique, les questions touchaient en définitive aux valeurs du faire et du produire, et notamment à celles de la révolution d’alors dans l’industrie…

Des intervenants de notre territoire concernés par le sujet, nous ont fait le plaisir de prolonger le débat sur l’influence du Bauhaus :
Elke MITTMANN, «les suites du Bauhaus en France»
Sophie FÉTRO, « l’école d’Ulm HfG, une continuité contrariée avec le Bauhaus »
Jacqueline FEBVRE, « du Bauhaus aux écoles d’art et de design »

L’expérience de ce Bauhaus a marqué les enseignements artistiques d’une bonne partie du monde. Nos écoles supérieures d’art en ont souvent utilisé les méthodes, les ont critiquées ou ignorées tout autant.

Dans le cadre de ce centenaire, à l’heure de notre révolution du numérique, dans une société conflictuelle qui rebat les cartes du faire, du produire, du vivre ensemble, que reste-t-il de cette réflexion du Bauhaus ?

Les enseignants, Didier Laroque, Laurence Salmon, Gunther Ludwig et les étudiants de l’ÉSAD Orléans sont venus nourrir ces réflexions.

*Pierre-Damien HUYGHE, Professeur émérite à l’Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, fondateur du master « Design et environnements » et du programme « Les formes de l’urbanité ». auteur de nombreux ouvrages dont, Art et industrie : philosophie du Bauhaus, philosophe,
Elke MITTMANN, Docteure en Histoire de l’art et de l’architecture, directrice de la Maison de l’architecture d’Orléans, Enseignante à l’ENSA de Paris-La Villette et l’ENSA de Versailles
Sophie FÉTRO, Maitre de Conférences en design et théorie du design, enseignante en Licence et Master Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, membre du Laboratoire ACTE EA 7539,
Jacqueline FEBVRE, Historienne du design, directrice de l’ÉSAD Orléans
Didier LAROQUE, Docteur en urbanisme, HDR, enseignant à l’ÉSAD Orléans
Laurence SALMON, Journaliste, spécialiste du design, enseignante à l’ÉSAD Orléans
Gunther LUDWIG, Historien du patrimoine, enseignant à l’ÉSAD Orléans

Crédits photos : ÉSAD Orléans/Paul de Lanzac

Portes ouvertes de l’ESAD Orléans 2019

PORTES OUVERTES

Les journées portes ouvertes de l’ESAD Orléans ont eu lieu les 1er et 2 février 2019.

Près de 1000 visiteurs ont répondu présents. Ils ont pu s’interroger sur les concepts de l’art et du design, apprécier les résultats des Grands Ateliers de Janvier, s’informer des spécificités de chaque filière, se renseigner sur nos activités à l’international, découvrir la variété des débouchés à l’issue de nos diplômes, et surtout, se laisser surprendre par l’imagination et la créativité de nos étudiants !

La preuve en image…

 

____________________________________________

Installation réalisée à partir du célèbre fauteuil Wassily par les étudiants de première année pour le centenaire du Bauhaus. Toutes les photos ici.

_____________________________________________

L’École Supérieure d’Art et de Design/ ÉSAD Orléans est un Établissement Public (EPCC) dédié à l’enseignement supérieur artistique. Elle fait partie du réseau des écoles d’art publiques du ministère de la Culture. Elle propose deux filières (design visuel et graphique ; design objet et espace), des parcours spécifiques (notamment en architecture) et délivre des diplômes nationaux : DNA grade Licence (Bac +3, RNCP 2) et DNSEP grade MASTER (bac + 5, RNCP 1).

Comptant une cinquantaine de professeurs et assistants d’enseignements pour près de 300 étudiants, l’ÉSAD Orléans se distingue par sa spécificité design, au sein des enseignements supérieurs artistiques français.

11-15 septembre // Exposition jeunes designers 2018

Conférences

Agenda
  • 17/10/2018
    Paul Emilien
  • 24/10/2018
    Raphaël Pluvinage
  • 07/11/2018
    Abderzak Houmi
  • 14/11/2018
    Pierre Maite
  • 21/11/2018
    Raphaël Bastide
  • 05/12/2018
    Albertine Meunier
  • 19/12/2018
    Eva Jospin
  • 09/01/2019
    Pierre Charrié

CYCLE DE CONFÉRENCES
ARTISTES ET CRÉATEURS INVITÉS

ANNÉE 2018-2019
Coordination : Gunther Ludwig et Sophie Monville

05/12/2018 – ALBERTINE MEUNIER

Dans le cadre de son cycle de conférences « Artistes et créateurs invités », l’ÉSAD Orléans reçoit à l’auditorium du Musée des Beaux-Arts d’Orléans Albertine meunier, artiste :
« Quand la data va, tout va ! »

« Albertine Meunier pratique l’art dit numérique depuis 1998 et utilise tout particulièrement Internet comme matériau. Elle se définit elle-même comme une net artiste, artiste pas nette. Cette expression bien que légèrement désuète – un net artiste étant tout simplement un artiste de son temps – contribue à lui conférer un visage humain, bien loin de la froideur des machines numériques. »

Ses travaux questionnent de manière critique et ludique les grands acteurs d’Internet tels que Google, Twitter ou Facebook et le nouveau monde qui nous entoure, rempli de transistors et microprocesseurs, vivant à la vitesse de la lumière des réseaux. Ce monde que l’artiste connaît bien est devenu son matériau de création et d’exploration. Elle tente dans ses recherches et dans les pièces qui en découlent de révéler l’invisible ou la poésie des choses numériques tout en interrogeant l’espace et le temps. L’espace comme lieu à la fois physique et numérique, à la fois ici et là ; le temps comme déroulé d’une vie et enfin l’espace et le temps comme lieu de mémoire.

Ingénieur de formation et diplômée de l’ENSCI, ses multiples compétences l’amènent à explorer une esthétique du numérique et des réseaux dans laquelle elle cultive les formes simples, minimales, semblant parfois «bricolées», et reste volontairement loin de l’hyper-technicité de certains dispositifs numériques.

Son désir de donner forme à l’invisible et à l’imperceptibilité de ces réseaux, notamment à  travers l’accumulation infinie des données numériques, amène un nouveau regard où la technique et la poésie entretiennent des rapports insoupçonnés.

http://www.albertinemeunier.net/

CRÉDIT PHOTO :
Casino Las datas – Installation
© Albertine meunier, 2017

21/11/2018 – RAPHAEL BASTIDE
Dans le cadre de son cycle de conférences « Artistes et créateurs invités », l’ÉSAD Orléans reçoit à l’auditorium du Musée des Beaux-Arts d’Orléans Raphaël Bastide, artiste et designer :
Floating Swarm, systèmes et appareils

À travers la présentation de projets d’art en ligne, d’expositions, d’ateliers et d’outils numériques, cette présentation abordera des questions soulevées par une pratique singulière et multidisciplinaire. Les productions de Raphaël Bastide oscillantes entre art et design, collectives ou personnelles, de commande ou auto-initiées, seront parcourues à travers les thématiques de sa pratique. Parmi celles-ci : l’économie de création, les systèmes de publication, les choix des outils, les décisions éthiques et une approche critique de la technologie.
Le travail de Raphaël Bastide s’oriente principalement vers les programmes informatiques et la culture numérique qui les entoure. Utilisateur actif et faiseur de programmes libres et open source, il interroge les systèmes inhérents à cette idéologie sous la forme
d’installations, de logiciels, d’art en ligne, d’ateliers ou de performances.

Raphaël Bastide est professeur à l’école Parsons Parir, professeur invité à HfG Karlsruhe, initiateur de nombreux workshops et à l’origine du groupe de recherches PrePostPrint sur l’édition alternative, ainsi que membre actif de la fonderie typographique Velvetyne Type Foundry.

http://raphaelbastide.com

Accès gratuit dans la limite des places disponibles. Priorité sera donnée aux étudiants de l’ÉSAD Orléans.
Retrouvez tout le programme des conférences sur https://www.esad-orleans.fr/conferences/


CRÉDIT PHOTO :
Renaming The Web
© Raphaël Bastide, 2018

14/11/2018 – PIERRE MAITE

Dans le cadre de son cycle de conférences « Artistes et créateurs invités », l’ÉSAD Orléans reçoit à l’auditorium du Musée des Beaux-Arts d’Orléans Pierre Maite :
Quand les images prennent position*.
Pratiques collectives, participatives et émancipatrices de la communication visuelle.

Qu’il s’agisse de campagnes électorales ou de récoltes de fonds d’ONG, la communication visuelle dans le champ politique et social reproduit le plus souvent les stratégies issues du
marketing et de la publicité. Les acteurs de politiques alternatives ont, eux aussi, tendance à réduire leur communication à de la propagande. Pourtant, afin de développer des alternatives sociales nous avons besoin de remettre en question les formes de représentation classiques, de développer des alternatives iconographiques et de créer de
nouvelles pratiques de production et de diffusion des images.

Ça ira! est un atelier de graphisme berlinois qui développe des outils de communication
dans le cadre de projets politiques, sociaux, culturels et éducatifs. La pratique collective
et participative de l’atelier vise plus à la création d’espaces d’interaction et de dialogue
qu’à l’ornementation des discours.

Pierre Maite est un ancien étudiant de l’ÉSAD (à l’époque encore IAV) diplômé en 2003.
Après huit années au sein du collectif image-shift, il crée Ça ira! une plate-forme participative de production d’outils de communication visuelle. Aujourd’hui avec son
troisième collectif Zoff il développe des outils numériques participant à la démocratisation de la démocratie.

* Le titre de cette conférence fait référence à l’ouvrage de Georges Didi Hubermann paru en 2009.

www.caira.info

© Pierre Maite

07/11/2018 – ABDERZAK HOUMI

Dans le cadre de son cycle de conférences « Artistes et créateurs invités », l’ÉSAD Orléans reçoit à l’auditorium du Musée des Beaux-Arts d’Orléans Abderzak Houmi :
« Rencontre avec un chorégraphe – Mettre sa danse au service d’un propos »

Sa rencontre avec la danse s’est faite par l’esthétique hip-hop. Son expérience artistique s’est nourrie d’une pratique de danseur et de chorégraphe. Loin des codifications et des limites, il y a trouvé un point de départ et une énergie vers un espace de liberté ; les contraintes ont créé une envie bien réelle de développer le mouvement à partir de ces bases.

Pluridisciplinaires, ses créations ont engagé un dialogue artistique avec différentes esthétiques, entre autres avec la musique baroque, ouvrant une stimulante perspective pour la pratique autant que pour l’histoire de la danse. Ces frottements ont donné naissance à une danse singulière. Ces quinze années de créations ont été autant de temps passé à étudier, à comprendre, à préciser son approche du mouvement et de la danse. Abderzak Houmi appartient à cette génération d’artistes qui dit autrement la danse hip hop : sa contemporanéité, son ancrage vivant dans le temps présent, son actualité manifeste.
Aujourd’hui, la question topographique et chorégraphique du « sol » l’amène à travailler un nouveau sol (rigide, mou, absorbant, rebondissant) et lui permet de réinventer constamment la danse, nos musicalités, nos manières de nous accorder. Sans doute chaque artiste conçoit-il son ouvrage comme un laboratoire, au croisement d’enjeux artistiques, techniques et scientifiques : il a en effet pour objectif d’explorer et de creuser durablement ce qui définit la spécificité d’une gestuelle, d’une écriture incarnée dans son rapport à un sol, réflexion tout autant artistique et symbolique, physique et politique.

Également coordinateur et conseiller artistique des Rencontres de danses urbaines depuis 2010, Abderzak Houmi a à cœur de mettre en oeuvre des projets qui génèrent des synergies stimulantes entre partenaires, territoires et publics.
Des plateaux de théâtres aux maisons de la jeunesse et de la culture, des musées aux usines ou aux gymnases, il porte la danse en chaque endroit qu’il lui est possible d’atteindre. Poursuivant un travail de sensibilisation depuis ses origines, sa démarche place l’expérimentation au cœur de ses engagements, de sa pensée créatrice, de ses réalisations.

Quelques dates et jalons :
– 2017, « Parallèles », 1 heure, 2 danseuses, en diffusion (CCN Créteil, Théâtre de Pantin, Espace Malraux Joué lès Tours, Théâtre de Barbezieux, S&C 0uest-Provence…).
– 2016, « Contact #1 », 1 heure, 4 danseurs, en diffusion (Scènes nationales d’Evry, Orléans, Chateauroux…).
– 2014, intervenant au Sénat au colloque national «Les défis de l’éducation artistique et culturelle pour tous, de la maternelle à l’université».
– 2013, Artiste associé à la Scène nationale d’Evry et de l’Essonne (depuis 2013).
– 2012, « Alifat », 30 minutes, 2 danseurs, 30 représentations (Jordanie, Scènes nationales de Cherbourg, Evry, Le Séchoir Île de la Réunion, Théâtre de Thouars…).
– 2012, « Sabirat », 20 minutes, 1 danseuse et 1 chanteuse, 20 représentations (Jordanie, Scène nationale Cherbourg, Scène nationale Evry, Le Séchoir Île de la Réunion…).
– 2011, « Face à Face », 1 heure 15, 7 danseurs, 1 ensemble baroque, 30 représentations (Suisse, Scènes nationales d’Orléans, d’Evry et de Chateauroux, Opéra Tours…).
– 2010, « Moukawamat », 20 minutes, 1 danseur et 1 chanteuse, 40 représentations (Festival international Marrackech, Jordanie, Théâtres La Colonne, Festival HipHop Tanz…).
– 2009, « 3 au Cube », 1 heure, 3 danseurs, 50 représentations (Festival international Amman, Scènes nationales de Blois et d’Orléans, MC Bourges, Théâtre de Tremblay…).
– 2008, « Trio » 12 minutes, 3 danseurs, plus de 100 représentations (Belgique, Maroc, Festival La Villette, CCN Tours, CCN Rennes, Festival Echappée Belle, Onyx La carrière…).
– 2008, « La belle affaire », 30 minutes, 2 danseurs, plus de 100 représentations (Colombie, Etats-Unis, Inde, Mexique, Sri Lanka, Le WIP, MC Nevers, Festival les Invités….).
– 2008, Performance « Danse Plastique » au Centre Pompidou, Paris.

© Abderzak Houmi / Cie X-Press

24/10/2018 – RAPHAEL PLUVINAGE

Dans le cadre de son cycle de conférences « Artistes et créateurs invités », l’ÉSAD Orléans reçoit à l’auditorium du Musée des Beaux-Arts d’Orléans Raphaël Pluvinage :
« Expériences autour de phénomènes invisibles »

Le monde qui nous entoure se peuple un peu plus chaque jour d’une complexité à la fois
invisible et incompréhensible (ondes, capteurs, cartes mères, codes, algorithmes, écrans à
cristaux liquides, téléphones portables, etc.). Depuis plus de trois ans, le studio Pinaffo-
Pluvinage, explore les lois de la physique, du numérique et de l’électronique et propose au
public d’expérimenter ces divers phénomènes par le biais d’une série d’objets ou de dispositifs.
Diplomé de L’ENSCI-Les Ateliers, Raphaël Pluvinage crée le studio Pinaffo-Pluvinage avec Marion Pinaffo également diplômée de l’ENSCI. Avec « Papier machine », un projet qui combine papier et électronique, le duo de designers est lauréat des Audi Talents Awards 2016 dans la catégorie Design. L’année suivante dans le cadre des DDays 2017, il présente une exposition éponyme au musée des Arts décoratifs, dans laquelle il développe la dimension ludique du projet : « Recourant au jeu, à la pédagogie, et au graphisme, «Papier machine» a donc pour projet premier de sensibiliser enfants et adultes aux possibilités techniques offertes par l’électronique imprimée et le papier.
Projet désormais devenu exposition, «Papier machine» se présente sous une forme inédite lors des DDays. Cette exposition comprend en effet deux projets distincts, «Papier Machine: le secret des boîtes noires» et «Papier Machine : Arcade Room», tous deux prolongeant les intentions initiales de Marion Pinaffo et Raphaël Pluvinage. «Papier Machine : le secret des boîtes noires» est un cahier renfermant une gamme de jouets électroniques en papier, prêts à être découpés, coloriés, pliés, assemblés ou déchirés. Ces jouets en papier, sérigraphiés avec des encres aux propriétés électriques, montrent que la technique révèle un monde de matières, de formes, de couleurs, et d’histoires, aidant à l’expression de l’imagination de chacun.
De conception différente, «Papier Machine : Arcade Room» fait de l’électronique une surface de jeu. Quatre grands formats en papier, installés du sol au plafond, résonnent sous l’action des visiteurs, qui sont ainsi immergés dans un univers graphique et sonore. »

http://www.parisart. com/papier-machine/ (extrait).
pinaffo-pluvinage.com

© Studio Pinaffo-Pluvinage

17/02/2018 – PAUL EMILIEU

Dans le cadre de son cycle de conférences « Artistes et créateurs invités », l’ÉSAD Orléans reçoit à l’auditorium du Musée des Beaux-Arts d’Orléans Paul Emilieu, fondateur du collectif DANT (Design, Architecture et Nouvelle technologie), enseignant à l’école Camondo.

« De DANT à Post Piper : L’ambiance pour transformer nos imaginaires. »
DANT (Design, Architecture et Nouvelles Technologies) et Post Piper sont deux groupes de réflexion qui, depuis quelques années, élaborent des axes de recherche singuliers autour du design et de l’architecture. Les problématiques environnementales et numériques sont au cœur de leur attention. Souvent pris comme opposés, DANT et Post Piper essaient de répondre à ces deux enjeux en les réunissant par la conception d’environnements complets. Les productions qui en découlent sont souvent à la croisée de nombreuses disciplines et engagent des processus de réalisation spécifique. À travers chacun de ces projets, Paul Emilieu tentera d’expliciter avec conviction leur processus d’exécution et d’esquisser certains enjeux futurs pour les concepteurs d’espaces.

Paul Emilieu est diplômé de l’école Camondo et fondateur de l’agence de Design PES (Paul Emilieu Studio). Il organise à partir de 2009 des groupes de réflexion et des conférences sur les sujets du design, de l’architecture et du numérique. En 2011, il rencontre l’artiste Yann Toma avec qui il élabore plusieurs projets de grande envergure. Avec son studio, il conçoit et réalise une série de projets dans des lieux de prestige (Grand Palais, Beffroi de Montrouge, Tour Eiffel, etc.).
Il est également engagé dans la recherche, il est à l’origine du groupe de réflexion DANT (design, architecture et nouvelles technologies) intégré au laboratoire Art & Flux à la Sorbonne en 2011 et le groupe Post Piper en 2016.
Il a enseigné l’histoire des Arts et des Styles à l’école bleue où il élabore un MOOC de pair à pair avec ses étudiants. Il enseigne aujourd’hui un cours théorique à l’école Camondo intitulé « vers de nouveaux ensembles »
Il est également cofondateur du réseau Babylone qui travaille sur la ville résiliente et de l’association Belebat qui réalise des projets de redynamisation économique en milieu rural.

Accès gratuit dans la limite des places disponibles. Priorité sera donnée aux étudiants de l’ÉSAD Orléans.

CRÉDIT PHOTO :
post-piper, école camondo ©B.Heller ©Atelier Artel 2017